Triumph Daytona 765 Moto2

Triumph Daytona 765 moto2

Triumph Daytona 765 moto2, tout commence en 1966, juste au moment où la marque commence à devenir une référence dans le monde des motorcycles. Buddy Elmore réalise l’exploit de faire le tour du circuit Daytona 200 sur une triumph Tiger. Il partit de la 46e place sur la grille de départ et remonta à la première place du podium à l’arrivée. Pour une moyenne de 160 kilomètres/heure. Un an après cette incroyable victoire, Triumph lança une nouvelle moto. Son nom est synonyme encore aujourd'hui de performance et de vitesse, la « Daytona ».

Triumph T 100

Depuis, le nom « Daytona » de ce modèle emblématique de la marque UK est devenu un succès pour ces motos sportives au fil des décennies chez Triumph. Voilà un bout de la grande histoire de la gloire de cette sportive chez les UK Bikers. Ils ont fait monter ce modèle sur la plus haute marche du podium.

Triumph Daytona

L'Américain Elmore a époustouflé le monde entier lorsqu'il est sorti de nulle part pour gagner en Floride sur une Tiger 100 avec une cylindrée de 500cc délivrant une puissance de 39 ch à 7400 tr/min montés sur le châssis. Ce modèle spécial préparé par l’usine est développé par l'ingénieur en chef et designer Doug Hele. Chez Triumph on ajoute un embrayage et un frein avant très performant, des pièces en alu pour plus d'agilité.

Triumph T100

Cette domination de motos Triumph sur l'un des circuits les plus exigeants du monde se poursuivra l'année suivante. Elle contribuera à la naissance d'une génération de motos sportives portant le nom du site qui les a rendus célèbres par leur exploit.

Un modèle avait en parallèle était lui aussi proposé pour les budgets plus faibles, la T100SS ce modèle était moins cher que sa devancière. Elle dispose d'un équipement et d'une partie cycle moins aboutit que la nouvelle gamme tout en gardant sa maniabilité. Les deux modèles ont été commercialisés jusqu’en 1970 avec un moteur de 34ch pour la SS et une bonne rigidité pour l'amortisseur arrière.

Gary Nixon était au coude à coude avec Elmore pour le podium du Moto GP en 1966. Il a fait mieux l'année suivante sur la même moto en remportant deux titres Daytona consécutifs pour l'équipe Works. 

Son approche était simple : "Regarde le signal de départ, prends un bon départ, au bout de quelques tours commence à remonter les pilotes un à un. Et au final tu gagnes la course." Ça a marché ! Il remporta le Grand Championnat National AMA (American Motorcyclist Association) avec une Triumph en 1967 et 1968.

À la fin des années 60, la suprématie de la Daytona avec ces 3500 tours/minutes faisait tourner les têtes des spectateurs. Le Grand Prix de Belgique a vu le pilote Percy Tait testeur officiel de l’usine Triumph (1 million de km d’essai au compteur tout de même) devant Giacomo Agostini (multiple champion du monde moto avec 13 podiums). L'espace d'un court instant champion du monde durant trois tours avant de terminer deuxième. Il réalisa l'exploit avec une vitesse moyenne de 187 Km/h sur la Daytona améliorée.


Nouveaux modèles Triumph Daytona

La place de la Daytona dans le palmarès des sportives a été ravivée lorsqu'une version plus légère et plus agile a fait irruption sur la piste. Ce fut le modèle Triumph 750 sport en 1991 avec son premier trois cylindres en ligne. Il fera son succès par sa puissance maximale transmise au pneu arrière affolant le compte tours.

Triumph Daytona 900

Il faudra attendre encore six ans avant que la Daytona T595, qui est la première moto de sport de Triumph moderne. Avec 128 ch pour 955 cc et une vitesse de pointe de 260 km/h à partir d'un moteur trois cylindres bien remplis. Le moteur à une sonorité spécifique, des étriers et des plaquettes performantes pour freiner la moto sportive.

Les Modèles Daytona 900 (le modèle préféré de Jean Manchesec dans le Joe bar team qui n'a pas trop utilisé ces plaquettes de frein) ont été commercialisés de 1993 à 1996. Il dispose d'une puissance moteur de 117 ch pour un poids raisonnable de 211 kg. La sportive équipée de freins à 6 pistons proposés dans sa célèbre robe couleur Racing Yellow qui englobe le radiateur.


triumph daytona 955

Classement moto gp

Bruce Anstey a envoyé un message percutant au monde des courses lorsque sa Daytona 600 s'est hissée à la première place du Junior TT de 2003. En terminant à 10,96 secondes devant son rival le plus proche et réalise en prime le chrono Supersport TT le plus rapide. Le pilote a été rejoint dans un top 10 par deux coéquipiers de chez Triumph ValMoto. Après 28 ans d'absence, Triumph était bel et bien de retour en compétition Moto GP.

Triumph Daytona 650

En 2005 La Daytona est upgradée par un modèle 650 cc qui n’est qu’une évolution de la 600. La puissance est portée à 114ch à 12500 tr/min et une amélioration de sa boîte de vitesse.

L’UK biker Craig Jones (décédé en 2008 d’un accident moto à 23 ans) a piloté une Daytona 600 dans le championnat britannique Supersport en partenariat avec l'équipe d'usine. Alors que Triumph revenait à la compétition après une pause de 30 ans en 2003. L'Australien Glen Richards vit aujourd'hui près de Bruntingthorpe, à deux pas de l'usine Triumph. Le motard a piloté une Daytona 675 pour remporter le championnat Supersport britannique en 2008 et 2012.


Triumph Daytona 675 r

En 2006, Triumph dévoile en véhicule la Daytona 675 avec son fameux moteur trois cylindres sifflants. Cette moto qui permettra à Triumph de s'imposer dans les courses de supersport. La moto a remporté les honneurs au TT de l'île de Man, au North West 200, aux championnats britannique et allemand de Supersport. Elle a réécrit l'histoire avec une victoire au Daytona 200 en 2014, la légendaire Daytona était enfin de retour.

Daytona 675 R

L’américain de Tulsa dans l’Oklahoma Danny Eslick a franchi la ligne d'arrivée au Daytona 200 en 2014. Il marqua la première victoire de Triumph sur le sprint longue distance le plus éprouvant au monde depuis près de 50 ans. Le pilote alors âgé de 27 ans a remporté le 73e Daytona 200 à Daytona Beach, en Floride, lorsqu'il a franchi la ligne d'arrivée avec sa Daytona 675. Il gagna avec 11 secondes d'avance sur son plus proche rival.

Plus d'une décennie après le succès de Bruce Anstey en 2003 (le pilote sera détenteur du record du tour à Snaefell avec son temps de 17 minutes 6 secondes établi lors de la course Superbike Tourist Trophy de 2014). Il était de retour au TT, mais cette fois-ci, son nouveau challenger Gary Johnson le coiffa au poteau. En menant dès le départ sur le mouillé sur une 675R de Smiths Racing Daytona. Ce fut difficile dans les derniers virages à tout juste 1,5 seconde de la victoire dans un dernier tour de course palpitant et qui à demandé beaucoup d'endurance lors des essais.


daytona triple 675

L'Australien Billy Skippy McConnell, vainqueur de la British Supersport 2014 sur une Daytona 675R. Il a propulsé Triumph dans la modernité des courses de moto GP.

Le pilote chevronné Peter Hickman a consolidé la place de Triumph sur les podiums. Il a pris le drapeau à la course Supersport 2 de l'île de Man en 2018 battant le record du tour en 16 min 42 sec à la vitesse moyenne de 218 km/h ... Derrière lui dans l’ordre de sacrer pilote : Cummins, Dunlop, Brookes.

Le pilote britannique est monté sur une série de podiums de Supersport TT sur son ancienne Daytona racing. Triumph lui à alors fourni deux nouvelles motos Daytona équipées du triples 675cc pour les courses 2019 NW200, TT et Ulster Grand Prix sur route.

Il déclara : " Nous avons eu deux très bonnes années, mais il nous en fallait un peu plus pour gagner le TT. L'engagement et le soutien de Triumph cette année ont fait toute la différence."


DAYTONA 675 R

Triumph Daytona Moto2 765 

Le pedigree de course de la Daytona brille plus que jamais à travers la Street Triple. Le partenariat moteur exclusif de Triumph pour le championnat Moto2 qui lui remporte un succès mondial.

Car de 1966 à aujourd'hui, le moteur Triumph Daytona 765 moto2, la puissance et le couple distinctif du moteur continueront à écrire l'histoire. La marque de moto britannique Triumph a dévoilé la version de série de la Triumph Daytona 765. Limitée à seulement 765 unités pour l'Asie et l'Europe. Mais aussi 765 autres unités pour l'Amérique du Nord, chacune de ces motos recevra un numéro d'édition limitée. Il est gravé au laser et un coloris distinctif pour les deux continents.

Le moteur qui équipe le championnat de Moto2 de Triumph, cette année 2019, le jeune pilote Tom Lüthi finit 3e à Sepang et Alex Marquez remporte le titre mondial. Car la Triumph Daytona 765 est LA moto Moto2 la plus proche des spécifications de course sur route.

Au cœur de la Daytona 765 de Triumph se trouve un moteur triple cylindre de 765 cm3 refroidis par liquide. Couplé à une boîte de vitesses à 6 rapports, le moteur peut produire 130 Ch de puissance et 80 Nm de couple. Le shifter up et down est monté ici de série. 


triumph daytona moto2 765

Ce moteur a été vu pour la première fois sur la Triumph Street Triple RS. Tout comme l'écran couleur avec les différents modes de cartographies d'injection de série. Le moteur Daytona dispose de 5 modes de conduite - Pluie, Route, Sport, Piste et Rider configurables. Ceux-ci modifient la carte des gaz, l'antipatinage et les réglages de frein ABS. Le tout en fonction des conditions de conduite et du style de pilotage choisit par le motard.

La Triumph Daytona 765 moto2 Limited Édition est suspendu par une fourche inversée Öhlins NIX30 de 43 mm. Un amortisseur monostable TTX36 équipe l'arrière sur un très beau bras oscillant avec garde-boue pour accentuer le coté carénage du Racer façon motogp. Les deux sont entièrement réglables en rebond, compression et en amortissement. Des freins légers Brembo Stylema de type superbike se chargent du freinage de la belle. De plus, le pot d'échappement de course Arrow Titanium (titane) a été spécialement conçu pour ce modèle sans être trop silencieux. La taille des pneus avant : 120/70 ZR17 et arrière : 180/55 ZR17.

Avec sa carrosserie ciselée, la moto a un look acéré et se décline en noir carbone, gris graphite et argent aluminium.

La nouvelle Daytona 765 et revêtue de fibre de carbone sera disponibles en Europe début 2020.

PS: pour les jeunes permis il faudra commencer par un guidon de street triple qui elle est disponible pour les permis a2.

La Speed triple est à essayer pour les motards expérimentés en version RS "of course" pour les jantes et les freins démoniaques. Essaye de garder les deux roues au sol "sans l’électronique active", prévoir de bon casques, blouson, gants, bottes, assurance ...


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés